2

Pré fiv 5: 1er round

Je sors de trois semaines éreintantes au boulot! On m’a propulsé responsable du déménagement de notre service. Même si nous ne sommes plus que 7, ça reste un beau barnum! Bon je suis assez fier de moi au final parce que les déménageurs ont dis que j’avais bien organisé le bazar. Je n’aurais pas une médaille mais ça fait toujours plaisir! Petit bonus, j’ai gagné deux jours de congés avec mes heures supp’ et je vais les passer, devinez où? Et oui, bien vu, à l’hôpital, dans notre nouveau centre universitaire. Aujourd’hui, j’avais rendez-vous pour une echo 3d de détection d’éventuelles malformations, endométrioses, etc… On a stressé pour arriver à l’heure mais on aurait pas dû, la doc est arrivée avec une heure de retard.

L’attente valait le coup. Elle m’a semblé très concentrée sur mon intérieur mais au final elle n’a rien découvert qui expliquerait nos échecs. (Petite note pour plus tard, si c est écho par l’intérieur la vessie doit être vide et si c’est par l’extérieur elle doit être pleine).

Après nous sommes aller poireauter dans la salle d’attente du deuxième doc, un spécialiste du sang, un hématologue. Je m’étais dit que ce serait mieux d’y aller à jeun au cas où et c’était une vraie torture pour moi, qui adore manger et ne saute jamais un repas, surtout quand un gars qui attend sa femme enceinte se met à manger derrière nous pendant 1 heure!!! Le spécialiste a heureusement mis fin à se supplice. Il m’a posé quelques questions sur d’éventuelles thromboses, phlébites chez moi et dans ma famille. A part un traitement anti-phlébite la dernière fois que je me suis cassé le pied, rien à signaler. Il avait l’air un peu étonné que la doc m’adresse à lui car les dernier résultat de ma prise de sang n’ont rien d’inquiétant au niveau de la coagulation (le facteur VIII). Il m’a refait une prise de sang par acquis de conscience.

Je me sens assez philosophe face à ces nouvelles rassurantes mais qui n’expliquent rien. La science n’a définitivement pas encore levé tous les mystères de la conception, de la magie de la vie. J’en suis bien consciente. (Et si ils avaient réussi à en percer toutes arcanes, j’avoue que ça me ferait un flipper qu’on fasse n’importe quoi de ce savoir).

J’espère que mercredi prochain, je ressortirai enfin avec mon protocole.

14

Downs and Ups

Le ventre va mieux, je sens de moins en moins les suites de la laparoscopie, ouf! Je respire…

Le moral lui a des hauts et des bas…

Il descend en général quand je me prends sur facebook des posts du genre « 2 ans que tu es venu au monde monde ma merveille, je t’aimmme, tu es la plus belle chose qui me soit arrivée » ou « like si être une maman est le plus merveilleux des métiers du monde » Je n’en veux pas à ces mamans, c’est beau l’amour qu’elles portent à leurs enfants, c’est beau qu’elles l’expriment dans un monde où tous les enfants ne sont pas aimés. Mais ça me renvoie cruellement et sans crier gare à cette image très véhiculée et glorifiée dans notre société de la maternité épanouie, qu’une femme ne peut pas être complète sans avoir enfanté. (En plus ce n’est qu’une image et être parent ce n’est pas rose bonbon tous les jours bien qu’on essaye de nous le faire croire)

ACTION => désactiver toute les personnes qui postent ce genre de message

Le parcours FIV est compliqué, pleins d’incertitude et d’attentes interminables, j’ai parfois l’impression que ce projet d’enfant est inatteignable, comme si j’avais osé demander une licorne…

ACTION => refaire des séances d’autohypnose pour rester bien ancrée dans le présent et ne plus craindre l’avenir

Mon chat me manque aussi encore beaucoup, j’ai les larmes aux yeux en pensant à cette boule de poil, 17 ans de ma vie partagée avec elle (mais je ne regrette pas du tout par contre toutes les crasses que ça engendre)

ACTION => désactiver aussi sur facebook tout ceux qui postent des photos de chat (aïe je ne vais plus voir personne 😉 )

Heureusement le moral remonte vite quand je pense à la chance que j’ai d’avoir un mari adorable, un toit sur ma tête, pas d’autres soucis de santé que mon infertilité, des amis et une famille sur qui je peux compter.

Il repart aussi vers le haut quand je repense à mes exercices de sophrologie et que je me rappelle qu’il n’y a pas qu’une seule voie pour être épanouie, que d’autres chemins existent et qu’on peut être heureux sans avoir d’enfants.

Je voulais aussi remercier J. K. Rowlings parce que le dernier film sorti de son imagination m’a aussi bien rechargé les batteries, les animaux fantastiques c’était juste waouw!!! D’ailleurs comme le dit très bien Norbert Dragonneau « S’inquiéter c’est souffrir 2 fois »

J’attends les fêtes de fin d’année avec impatience!!!

Pleins de pensées à toutes, quelque soit votre situation en ce moment, on a toujours besoin d’ondes positives

2

L’arbre des possible

J’aimerai pouvoir explorer toutes les possibilités à chaque carrefour et suivre chaque chemin mais personne n’a cette chance, nous n’avons qu’un chemin… Nous ne suivrons qu’une seule branche de notre futur…

Et ça ne sert à rien de s’inquiéter, d’avoir peur, de se torturer pour un futur qui n’arrivera peut-être pas ou qui sera de toute façon différent de ce que nous avions imaginé, parce que d’ici là nous aurons fait du chemin aussi forcément

Tout change tout le temps et une chose est sûr c’est que ce parcours chaotique m’aura fait changer en mieux

Je suis un chouia moins impatiente par exemple. Un chouia, c’est déjà ça 😉

J’arrive à me projeter dans un futur positif même sans enfant.

Je révise la position de la maternité dans ma vie, d’essentiel et viscéral vers facultative.

Peut-être que je serais un jour maman, l’étincelle d’espoir reste, mais sinon ce ne sera pas la fin du monde, je trouverai d’autres raisons d’exister, d’être sur terre, de transmettre, de partager.

Et ça m’apaise.

13

Comme dans une bulle

Je suis très réceptive à l’hypnose, j’arrive rapidement à me mettre dans cet état de conscience modifiée, à lâcher-prise, à relâcher mes muscles et à visualiser, même dans le train… Je pratique la sophrologie, qui se rapproche beaucoup de l’hypnose aussi.

J’ai testé l’hypnothérapie, ça m’a réparée, en 3 séances j’ai arrêté de sucer mon pouce, je n’en avais plus besoin! Presque magique, pour moi qui ai essayé pleins de fois de stopper cette mauvaise habitude (mais si réconfortante). Je m’étais fait une raison, que je n’arriverai jamais à m’en passer!!!

Ceci dit, par contre, ça n’a pas eu l’effet escompté sur un éventuel blocage psy de ma fertilité. Mais ça ne veut pas dire que l’hypnose ne peut rien faire pour moi.

Pour ma 1ère ponction, j’aurais bien aimé que ça se passe sous hypnose et pas sous anesthésie générale mais manque de bol les anesthésistes spécialisés n’étaient pas dispos (Finalement sous propofol, ça c’est très bien passé quand même)

Récemment, je suis tombée sur un article scientifique qui semble indiquer que l’hypnose pendant le transfert pourrait améliorer les chances d’accrochage. Bon cette étude date de 2006 et a été réalisée sur environ 200 cycles (moitié avec hypnose et moitié sans) mais quand même, ça a réactivé mon intérêt pour le sujet.

En fouinant un peu dans le blog BAMP! j’ai retrouvé un article qui en parlait.

J’ai acheté:

« être prête à concevoir », au cas où mon corps n’aurait pas enregistré que ça y est, je suis vraiment prête 😉 Déjà écouté et ça m’a fait du bien, ça me calme

« l’accompagnateur à la fiv » Il y a une séance à écouter pendant la stimulation et une pour après le transfert, j’attends ma fiv2 pour les utiliser

Pour un témoignage, cette blogueuse a testé aussi, c’est par là  

12

PMA = Positive Mental Attitude

Pourquoi je reste positive malgré les 2 résultats négatifs de cette FIV1?

Il y a pleins de raisons en fait, je vous les mets dans le désordre 😉

Parce que:

  • Le 1er traitement a été efficace, avec peu d’effets secondaires
  • Pour la FIV 2, je ne devrais plus gérer le stress de l’inconnu pour les piqûres, la ponction, les contrôles, les transferts
  • Je n’ai « que » 36 ans, j’ai encore un peu de marge
  • Mes rapports avec les médecins ont changés, j’ose poser des questions et rappeler certains faits de mon dossier et donc je suis plus actrice que spectatrice
  • On a quand même eu 3 blastos transférables, ce qui est plus qu’honorable
  • Ma mère est dépressive depuis toujours et dès que je sens que je m’enfonce un peu, je me botte le derrière, tellement j’ai peur de devenir comme elle
  • Mon caractère est très optimiste, pour moi le meilleur est toujours à venir
  • Pour notre mariage je serai moins enceinte que si ça avait marché du 1er coup
  • Nous avons la chance de vivre dans un pays en paix, avec l’eau courante au robinet, un toit sur ma tête et l’hôpital sur le chemin
  • Au travail, je n’ai pas trop de soucis pour m’organiser pour les rdv
  • Il reste encore 5 ponctions remboursées, ça en fait encore des chances
  • Il y a l’espoir de nouvelles découvertes scientifiques
  • Cette épreuve me rapproche de certaines personnes et ça me fait du bien
  • Mon homme m’aime et fait ce qu’il peut pour me remonter le moral
  • Notre séjour à Disneyland en mars sera en mode « insouciance totale »
  • la sophrologie m’aide à découvrir mes ressources cachées
  • le sedinal est toujours aussi efficace pour apaiser mes nerfs sensibles et calmer mon cerveau agité la nuit
  • Ce blog et vos commentaires adoucissent aussi les mauvaises nouvelles

La PMA c’est un labyrinthe, on y rentre mais on ne sait pas quand on en ressortira, on se trompe souvent de voie mais j’espère qu’à force la récompense tant espérée sera au coeur des entrelacs 🙂

 

20160203_114918

 

 

2

En quête du juste milieu

Entre l’espoir et le doute,

Espérer une issue positive à ce combat, de ne pas avoir subi tout ça pour rien, que ce soit aujourd’hui ou plus tard, pour garder de l’énergie pour se battre et avancer…

Douter pour se protéger, garder les pieds sur terre et tomber de moins haut face aux mauvaises nouvelles potentielles…

Depuis hier, j’ai mal dans le bas-ventre et dans le dos… Assez pour ressortir une bouillotte… Mais je sais que ça ne veut rien dire…

La fois dernière, les reds étaient arrivées 2 jours avant la pds, alors dimanche je vais guetter…

7

Test avant la pds, le dilemme

Ma prise de sang c’est dans 6 jours, une éternité donc pour nous les pmettes

Je sens bien que je ne vais pas tenir jusque là :

  1. Je n’ai pas envie d’apprendre la mauvaise nouvelle au boulot, de but en blanc au téléphone.
  2. je crois que je n’ai pas envie non plus que quelqu’un dans le monde soit au courant avant moi

Je préfère le savoir à la maison, tranquillement, en tête à tête avec le stylo testeur…

Mais quand faire le test?

Ca fait tout de suite un peu « problème de math »

En sachant qu’on a transféré à Mme B le 02/02/16 deux blastocytes de 6 jours un peu moches, que les dits blastos peuvent mettre 2 ou 3 jours avant de s’implanter dans l’endomètre de Mme B, que le taux de HCG peut-être détecté par prise de sang 48h après l’implantation, déterminez à quelle date mme B peut faire un test urinaire (sensibilité 10ui)?

Et si même avec les savants calculs, c’est négatif… Est-ce fiable?

J’ai une amie pmette qui a eu un test négatif la veille de la pds, a noyé le résultat dans l’alcool et a eu une bonne surprise le lendemain par exemple…

8

Pfff

20160203_115857

Le temps ne passe pas vite!
J’aimerai déjà savoir
si on a passé ce premier écueil ou pas…

Dans mon centre je dois attendre 15 jours après le transfert, le 16 février,  pour avoir ma prise de sang, donc comme ce sont des blastos de 6 jours, j’en serais à 20 dpo d’ici là!

Je suis sûre que je ne vais pas résister à l’envie de tenter de savoir avant la pds (le jour de la saint-valentin par exemple)  donc j’ai acheté des tests sur un site en ligne (ceux de la pharma sont trops chers et même en grande surface ce n’est pas donné) Mais si c’est négatif, j’attendrai quand même le verdict du 16 avant de me dire que c’est foutu…

 

6

Les poupées russes…

Je crois qu’on garde toujours en nous nos « moi du passé » et que nos « moi du futur » sont déjà quelque part 20160203_112132présents en nous…

J’avais déjà expérimenté avec succès la « grande Besoft » qui rassurait la « petite Besoft » paniquée de se voir une fois de plus abandonnée comme dans son enfance. Cette crise de panique et de larmes dont je me suis sortie toute seule m’a aidée à prendre confiance en moi, à me rendre compte que j’étais adulte et que j’avais des moyens d’action, que je n’étais plus la petite fille impuissante face aux erreurs des adultes…

Avant le transfert, quand je stressai sur la bonne décongélation de mes petits blastos, je me suis imaginée une « maman Besoft du futur », qui me souriait avec bienveillance… Comme pour me rassurer et me dire que j’allais franchir ce cap maintenant ou plus tard mais que j’y arriverai de toute façon… Et cette vision m’a apaisée et m’a permis d’être plus sereine…

0

Pour cette année…

2016, je veux tout!

❤ un mariage (ça c’est du sûr à 99%, c’est pour le 06 août)

❤ un bébé enfin (on y travaille d’arrache pied)

❤ un nouveau travail, plus près de chez moi, plus dans le ludique (bon là ça va être plus chaud, entre les rendez-vous à l’hosto et la pénurie de places vacantes dans le socio-culturel à temps plein sans conditions d’être chômeuse)

❤ et même rêvons, avec en plus un tas de bonus de tout ce que j’ai toujours rêvé de pouvoir faire (dans le désordre)

  • annoncer une méga bonne nouvelle en personne à mes proches (et éventuellement les filmer) ainsi qu’au futur papa aussi d’ailleurs (enfin ça j’ai un doute vu mon côté émotif pipelette de pouvoir tenir ma langue)
  • voir deux barres roses sur un test (ou bleue, ou un smiley,… je ne suis pas difficile) et puis un petit coeur qui bat et de belles échos à montrer  à la terre entière à ceux qui me le demanderont
  • choisir ma soeur comme marraine (et la filmer aussi)
  • arrêter de me demander si je serai enfin un jour maman
  • organiser une « mother blessing ceremony » avec mes copines déjà maman (mais avec interdiction de me donner tous les détails gore de leur propre accouchement)
  • découvrir les joies de la grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement
  • décorer une chambre d’enfant
  • acheter des trucs trop mignons pour nourrissons (à disneyland entre autres)
  • porter un bolas
  • me coudre des vêtements de grossesse (j’ai déjà pleins de jersey dans des chouettes couleurs en stock)
  • tester en vrai les couches lavables
  • porter mon petit en écharpe
  • booker une championne du monde de bodypainting pour qu’elle me réalise un bellypainting et la séance photo qui va avec
  • me mettre au chant prénatal, à l’haptonomie et à l’hypnonaissance

j’en ai sûrement oublié en plus