5

Le jour d’après

Je me suis réveillée le lendemain du verdict, il faisait beau et je me suis dit: « je suis vivante, le ciel ne m’es pas tombé sur la tête ». La vie ne s’arrête pas, elle va continuer mais autrement… Ce n’est pas le vide… Peut-être parce que nous nous étions déjà un peu préparé à cette fin là… Peut-être parce que nous sommes soudés et porteurs de pleins de projet.

Le travail de deuil commence et ce n’est pas  évident, les émotions me submergent et m’épuisent. J’essaye de ne pas trop y penser pour tenter de fonctionner plus ou moins normalement mais on dirait que tous l’univers me rappelle que je suis passée de l’autre côté.

Je suis déjà passé par des épreuves, qui ne l’a pas fait, je reconnais certaines sensations et ce qui m’apaisent c’est que je me dit: « ça ne va pas durer, tous passe avec le temps, même ce chagrin là passera… »

Une partie de moi lutte encore pour garder l’espoir d’une maternité miraculeuse et naturelle mais je dois la faire taire parce que cet espoir est une torture supplémentaire. Est-ce du déni ou de la négociation? Il faut que j’arrive à accepter que nous n’aurons pas d’enfant. Pleinement, pour aller de l’avant. Et accepter que ça va prendre un certain temps. Accepter d’être triste, moi qui suit l’incarnation de la joie de vivre… Et heureusement je ne suis pas seule, je peux compter sur pas mal de monde.

Je l’annonce à mon entourage, comme on arrache un pansement, pour que ça devienne plus réel… mais c’est très dur parce que j’avais tellement espérer leur annoncer un jour LA bonne nouvelle… que ça me fend le coeur. Je m’étais fait tout un film, on aurait fait le tour de notre famille et de nos amis et on les aurait filmés au moment de LA grande annonce attendue par tous… mais non à la place c’est ma voix étranglée pleine de larmes qui leur annonce que pour nous c’est fini… Je sens que pour certains c’est compliqué, qu’ils voudraient trouver une autre solution et on doit leur rappeller que oui on a pensé aux dons et à l’adoption et non, ce n’est pas pour nous…

J’ai besoin d’en parler, d’extérioriser, de témoigner peut-être aussi car on parle peu des couples qui sortent les bras vides de la PMA après toutes les années de lutte.

J’essaye de prendre soin de moi, à grand coup de calmant aux plantes, de méditation et je me suis inscrite à un programme de remise en forme organisé par mon adorable médecin traitant… En écrivant tout ça, je me dis que je lutte encore et que je devrais aussi me donner du temps pour me reposer…

Tout n’est pas sombre, les larmes sont comme des orages, et après j’entrevoie de la lumière et même de très belles choses encore à vivre et à découvrir…

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je me demande si je ne commencerai pas un nouveau blog, pour commencer quelque chose de nouveau…

Publicités
27

Fiv 6 : Résultats et pas de miracle…

Voilà les filles c’est le coeur bien gros que je viens vous tenir au courant de notre parcours…
Je suis restée discrète sur cette dernière FIV, très peu de gens était au courant, parce que je ne savais pas moi-même comment je me sentais et j’avais l’impression que chaque doigt croisé ferai grandir artificiellement l’espoir bien mince qui nous restait…

Le lendemain de mon anniversaire nous sommes allé revoir la gynéco à Liège, comme mon cycle avait démarré la veille, elle m’a dit qu’on pouvait lancer tout de suite… j’avoue ça m’a scotché mais on en avait discuté et on était décidé à ne pas refuser l’obstacle… donc on s’est lancé. Il fallait faire cette dernière fiv pour ne rien regretter plus tard même si ça me semblait presque irréel..

Un nouveau traitement, une nouvelle stratégie mais à la ponction que 4 ovocytes, 3 qui ont démarré et au final on a pu seulement nous en transféré un très moyen… (je crois que je me souviendrai pour toujours de ce jour là parce que une dame et sa soeur n’avait rien trouvé de mieux que de venir dans la salle d’attente avec des enfants de 2, 3 ans qui babillaient joyeusement, une torture pour moi…) J’ai eu droit aussi à des corticoïdes pour contrer l’immunité de mon utérus. J’ai vécu les 15 jours après entre espoir et défaitisme, nos chances de réussite étaient si faibles…

Hier c’était le jour J, heureusement mon mari était à la maison et a pu rester toute la journée avec moi…j’ai fait un test comme à chaque fois et il n’a pas viré au positif comme je l’espérais tant, il est resté blanc, le dernier test… Mon homme m’a conduit à la prise de sang. On est revenu télétravailler, Il m’a conduit chez ma psy, pas du tout en état de conduire… Heureusement qu’elle est là, là-bas, je peux un peux me lâcher et commencer mon deuil. Après la séance j’ai appelé la PMA de Liège et on m’a bien confirmé que la pds était négative.

J’ai un peu l’impression d’avoir subi un tsunami mais aussi une impression qui j’espère va prendre le dessus de soulagement d’en avoir fini avec cette torture à l’espérance qui dure depuis tant d’année, qui a conditionné ma vie pendant si longtemps…

Non, nous n’aurons pas d’enfant, nous sommes arrivés au bout de nos forces, de nos limites, nous n’avons pas les épaules pour supporter un autre parcours d’adoption. Je ne pensais pas quand nous sommes rentré dans ce parcours que nous sortions les bras vides mais il nous a aussi préparé à cette fin là…

Et je nous fait confiance pour être heureux, pour être utile au monde, pour transmettre… J’ai beaucoup de soutien de mon mari, de ma psy, de mon chat, de personne qui sont passés par là…

Le deuil va être long je pense et compliqué mais je vais tout mettre en place pour le vivre le mieux possible…

17

Fiv 5 :'(

La nuit a été agitée, je me suis réveillée vers 4h du mat… Impossible d’attendre plus longtemps, j’ai utilisé mon dernier test clearblue… j’ai attendu… attendu… la barre verticale de contrôle est apparue très nettement mais rien de rien dans la case de test, pas de +…

Un j3 c’est fragile, je pense qu’on avait pas plus de 25% de chance que la magie opère…

J’ai quand même été faire ma prise de sang à l’hosto. Il faut bien clôturer. J’ai un peu craquer devant l’infirmière… les larmes coulaient toutes seules et ma voix déraillait un peu…

Je suis parvenue à rentrer à la maison malgré les émotions prêtes à faire craquer les digues…

Mon mari a été comme toujours adorable, il m’a dit pile les mots dont j’avais besoin et beaucoup de câlins.

Puis on a préparé nos affaires pour partir en we entre amis vers la Bourgogne.

{Sur la route je reçois un message sur ma boîte vocale: une voix désolée qui ne fait que confirmer ce que je savais déjà, la pds est négative…}

Notre escapade est la très bienvenue pour me changer les idées même si je sens bien que ça va prendre du temps de digestion.

Je pensais que cette fois ce serait peut être différent, nouvel hôpital, nouvelle zenitude et puis en fait non… Tout ça pour ça, pleins d’espoirs et plouf…

Dur dur, le spectre de la fin du parcours se rapproche…inexorablement…

5

FIV 5 : jour J-7

A cette heure, la semaine prochaine, on saura. Jusqu’à maintenant, tout va bien… Je n’ai jamais été aussi zen mais la zone de turbulence de la deuxième semaine d’attente est à ma porte.

Ce matin, j’ai été voir ma psy spécialisée PMA et comme les deux dernières fois, nos rencontres sont des bouffées d’air frais, un havre, un refuge, une heure qui n’appartient qu’à moi.

J’adore son bureau sous les combles, à la lumière tamisée, au plancher de bois miel et à la déco un peu scandinave. On a parlé de ma météo intérieur, de la réconciliation avec son passé, d’éducation, de maternité, de peur, d’autonomie, de résilience et de rêver son roman familial.

Je suis persuadée que je ne serai pas aussi calme et sereine sans ces moments privilégiés avec une personne compétente, respectueuse et bienveillante. Je remercie le ciel de l’avoir mise sur mon chemin de croix.

Mercredi en allant à la super bibliothèque de ma commune, j’ai allumé la radio, comme toujours quand je roule seule en voiture, et cette chanson super joyeuse a rempli l’habitacle.

C’est complètement irrationnel mais mon cerveau cherche des signes 😉 et cette chanson c’est comme un message que tout ira bien, parce que quoi qu’il arrive j’ai mon mari à mes côtés, son amour pour affronter les épreuves.

je vous copie-colle la traduction de la partie de la chanson que je préfère:

Tout ira bien 
Tout ira pour le mieux 
Tout ira bien 
Si l’amour est là 

Faisons bouger les choses 
La vie est faite pour nous 
Faisons bouger les choses 
Ce soir, on n’abandonnera pas 

J’aimerai que le temps s’accélère mais c’est impossible alors je compte sur mon travail pour me tenir occupée jusqu’au jour J.

Pleins de bonnes ondes à toutes et merci de votre soutien, chacun de vos croisages m’aident à y croire!!!

 

 

11

Fiv 5 : récolte 5/5

Lundi, j’ai appelé comme prévu à 14h30 mais évidemment le labo de l’ancien centre n’avait pas envoyé mes résultats! Grrr! 30 min plus tard, j’ai enfin l’info => piqûre de déclenchement (Ovitrelle) lundi 22h, antibio mardi midi, rdv pour la ponction mercredi à 8h et mon homme à 10h pour sa part du taf.

Par contre, gros gros coup de fatigue (pas que dû au traitement). J’ai dormi toute la journée et au soir mon cher médecin de famille adoré m’a mis en congé pour la semaine.

Donc mercredi matin, on se lève, douche pour nous deux et petit-dèj pour mon cher et tendre. Notre meilleur ami et son fils ont débarqués à 6h30 pour nous ramener notre utilitaire et la remorque qu’on leur avait prêtés (ce détail est important pour la suite). On part du coup un peu en vrac mais à l’heure.

On arrive enfin à l’hosto, super zen, on se rend là où nous avions rendez-vous avec 30 min d’avance. Une infirmière de cette aile nous annonce que faute de place, nous sommes attendu dans une autre aile. Bon, ok, on y va. Une autre patiente se fait aussi balader comme nous. Là-bas, on me demande le formulaire de pré-admission??? On ne m’a jamais parlé de ce papier! On nous renvoie en bas pour nous inscrire… On a quasi perdu 1h en tout. Du coup, on râle un peu, même si je suis moins stressée pour cette 5 ème fiv, je me passerai bien de ce jeu de piste! Ma chambre est sympa, jolie vue. Nous avons des voisins dans le même cas que nous mais peu causant. Dommage. J’aurai préféré être avec notre copine de galère du matin. Les infirmières me pressent de me dévêtir et le brancardier m’emmène assez vite dans la salle de ponction (et cette fois mon mari peut m’accompagner). Il me parque et l’infirmière nous donne quelques instructions et un magnifique uniforme pour mon mari, il est trop craquant dedans!!!

Je rentre dans la salle et m’installe. Petite toilette de désinfectant et pose des champs opératoires. Pas de lunettes pour moi, alors tout est flou, l’anesthésiste se présente, m’enfonce le cathéter et m’injecte les produits un peu vite. Ouille! J’entends juste la musique classique très douce et des voix lointaines. Je sens la main chaude de mon mari. Juste un peu mal pour le dernier follicule ponctionné à cause d’un kyste mais sinon ça c’est bien passé. Tout le monde étaient très concentré (enfin c’est ce que mon mari m’a dit). On m’enfile LA culotte en filet ultra pas sexy mais confortable contre toute attente.

Retour au parking des lits à côté de la salle. Mon mari part pour sa récolte à lui. Pas facile parce que nos visiteurs matinaux lui ont complètement fait oublier sa tablette et son téléphone portable. La pièce a bien une télé mais elle est morte. Il a juste mon téléphone avec très peu de connexion et le wifi gratuit de l’hosto n’autorisant pas les sites pour adultes… Difficile de faire moins propice avec la pression de timing et de résultat. Mais je suis super fière, il rempli sa mission envers et contre tout. Après ça, petit jeu de piste pour lui pour retrouver ma chambre.

La défaite de notre équipe nationale (mais dont nous sommes très fier) est un sujet de conversation tout trouvé avec les brancardiers 😉

Retour en chambre, à part quelques tiraillements et le cathéter qui me pince, tout va bien. Je peux manger, boire, me lever très vite. Il ne reste plus qu’à attendre les résultats. Une adorable infirmière vient nous trouver. Elle a la délicatesse de ne pas annoncer tout haut les résultats de ma voisine et le mien. Elle nous raconte aussi une très belle histoire de l’ultime dernier embryon de patients qui décide de s’accrocher et même de se scinder pour donner deux poupettes qui ont maintenant un mois. Bon, c’est rare mais ça me redonne de l’espoir.

5 follicules ponctionnés ont donné 5 ovocytes donc forcément on est content.

On commence ce soir les hautes doses d’utrogestan et verdict demain, fin de matinée, pour savoir combien auront démarrés et s’ils ont pu utiliser le gros microscopes pour mieux sanctionner sélectionner les élus (l’IMSI).

Si on a des embryons, le transfert devrait avoir lieu samedi (ou vendredi).

Donc si vous pouvez croiser les doigts 😉

4

Les RALCQMFR

J’inaugure la catégorie des « remarques à la con qui me font rire »:

  • La 1ère c’est une amie qui est bien au courant de nos soucis (et je la salue d’ailleurs je suis sûre qu’elle va passer ici).

Elle me dit comme ça un matin autour de la table du petit déjeuner

–  Et vous avez-déjà essayé de poser la question à google de comment on fait les bébé?

– Tu te rends compte ma belle de ce que tu viens de me dire? lui ai-je répondu hilare.

Elle ne savait plus où se mettre 😉 Mais j’avais bien compris qu’elle ne nous suggérait pas de demander le mode d’emploi à google. Elle avait juste entendu que le célèbre moteur de recherche répondait maintenant a des questions complexes et que la réponse qu’il donnait sur le sujet était fun (toujours pas entendu d’ailleurs)

  • La deuxième, c’est le cri du cœur d’une dame que je venais de rencontrer et à qui j’avais raconté d’abord nos soucis de fertilité et puis nos hobbys: le jeu de rôle et le jeu de société.

– Normal que vous ne soyez pas encore parents, vous jouez trop, il n’y a pas de place pour des enfants!!!!

J’aurai pu très mal le prendre mais le ton sur lequel elle nous a lâché ça était bienveillant et amusé. Du coup, ça m’a bien fait marré… Et puis j’en connait beaucoup des joueurs qui ont des enfants, ça se saurait si ça empêchait de se reproduire, ce serait marqué en noir sur fond blanc sur les boîtes de jeu 😉  Je crois que, au contraire, ça renforce notre couple, surtout les jeux de société, ça rapproche, on passe du temps de qualité ensemble.

Et sinon, j’avoue que je me marre très souvent,  c’est sûrement une défense… mais ça fonctionne bien pour moi, surfer sur la vague de la vie et surtout éviter les gros rouleaux!

2

Pré fiv 5: 1er round

Je sors de trois semaines éreintantes au boulot! On m’a propulsé responsable du déménagement de notre service. Même si nous ne sommes plus que 7, ça reste un beau barnum! Bon je suis assez fier de moi au final parce que les déménageurs ont dis que j’avais bien organisé le bazar. Je n’aurais pas une médaille mais ça fait toujours plaisir! Petit bonus, j’ai gagné deux jours de congés avec mes heures supp’ et je vais les passer, devinez où? Et oui, bien vu, à l’hôpital, dans notre nouveau centre universitaire. Aujourd’hui, j’avais rendez-vous pour une echo 3d de détection d’éventuelles malformations, endométrioses, etc… On a stressé pour arriver à l’heure mais on aurait pas dû, la doc est arrivée avec une heure de retard.

L’attente valait le coup. Elle m’a semblé très concentrée sur mon intérieur mais au final elle n’a rien découvert qui expliquerait nos échecs. (Petite note pour plus tard, si c est écho par l’intérieur la vessie doit être vide et si c’est par l’extérieur elle doit être pleine).

Après nous sommes aller poireauter dans la salle d’attente du deuxième doc, un spécialiste du sang, un hématologue. Je m’étais dit que ce serait mieux d’y aller à jeun au cas où et c’était une vraie torture pour moi, qui adore manger et ne saute jamais un repas, surtout quand un gars qui attend sa femme enceinte se met à manger derrière nous pendant 1 heure!!! Le spécialiste a heureusement mis fin à se supplice. Il m’a posé quelques questions sur d’éventuelles thromboses, phlébites chez moi et dans ma famille. A part un traitement anti-phlébite la dernière fois que je me suis cassé le pied, rien à signaler. Il avait l’air un peu étonné que la doc m’adresse à lui car les dernier résultat de ma prise de sang n’ont rien d’inquiétant au niveau de la coagulation (le facteur VIII). Il m’a refait une prise de sang par acquis de conscience.

Je me sens assez philosophe face à ces nouvelles rassurantes mais qui n’expliquent rien. La science n’a définitivement pas encore levé tous les mystères de la conception, de la magie de la vie. J’en suis bien consciente. (Et si ils avaient réussi à en percer toutes arcanes, j’avoue que ça me ferait un flipper qu’on fasse n’importe quoi de ce savoir).

J’espère que mercredi prochain, je ressortirai enfin avec mon protocole.