27

Fiv 6 : Résultats et pas de miracle…

Voilà les filles c’est le coeur bien gros que je viens vous tenir au courant de notre parcours…
Je suis restée discrète sur cette dernière FIV, très peu de gens était au courant, parce que je ne savais pas moi-même comment je me sentais et j’avais l’impression que chaque doigt croisé ferai grandir artificiellement l’espoir bien mince qui nous restait…

Le lendemain de mon anniversaire nous sommes allé revoir la gynéco à Liège, comme mon cycle avait démarré la veille, elle m’a dit qu’on pouvait lancer tout de suite… j’avoue ça m’a scotché mais on en avait discuté et on était décidé à ne pas refuser l’obstacle… donc on s’est lancé. Il fallait faire cette dernière fiv pour ne rien regretter plus tard même si ça me semblait presque irréel..

Un nouveau traitement, une nouvelle stratégie mais à la ponction que 4 ovocytes, 3 qui ont démarré et au final on a pu seulement nous en transféré un très moyen… (je crois que je me souviendrai pour toujours de ce jour là parce que une dame et sa soeur n’avait rien trouvé de mieux que de venir dans la salle d’attente avec des enfants de 2, 3 ans qui babillaient joyeusement, une torture pour moi…) J’ai eu droit aussi à des corticoïdes pour contrer l’immunité de mon utérus. J’ai vécu les 15 jours après entre espoir et défaitisme, nos chances de réussite étaient si faibles…

Hier c’était le jour J, heureusement mon mari était à la maison et a pu rester toute la journée avec moi…j’ai fait un test comme à chaque fois et il n’a pas viré au positif comme je l’espérais tant, il est resté blanc, le dernier test… Mon homme m’a conduit à la prise de sang. On est revenu télétravailler, Il m’a conduit chez ma psy, pas du tout en état de conduire… Heureusement qu’elle est là, là-bas, je peux un peux me lâcher et commencer mon deuil. Après la séance j’ai appelé la PMA de Liège et on m’a bien confirmé que la pds était négative.

J’ai un peu l’impression d’avoir subi un tsunami mais aussi une impression qui j’espère va prendre le dessus de soulagement d’en avoir fini avec cette torture à l’espérance qui dure depuis tant d’année, qui a conditionné ma vie pendant si longtemps…

Non, nous n’aurons pas d’enfant, nous sommes arrivés au bout de nos forces, de nos limites, nous n’avons pas les épaules pour supporter un autre parcours d’adoption. Je ne pensais pas quand nous sommes rentré dans ce parcours que nous sortions les bras vides mais il nous a aussi préparé à cette fin là…

Et je nous fait confiance pour être heureux, pour être utile au monde, pour transmettre… J’ai beaucoup de soutien de mon mari, de ma psy, de mon chat, de personne qui sont passés par là…

Le deuil va être long je pense et compliqué mais je vais tout mettre en place pour le vivre le mieux possible…