0

FIV 4 : rendez-vous râté, frustration et cie

Revenue de Liège toute dépitée, heureusement que ma moitié est là pour me montrer les aspects positifs

Déjà je me suis trompée d’hôpital, on est allé à Rocourt mais j’avais rdv à la Citadelle! Heureusement on avait de la marge. On arrive à la Citadelle, mon chéri me dépose et va se garer.

Je rencontre la gyné (sans mon mari qui as mis un temps fou à se garer et qu’on a mal redirigé pour trouver le bureau de la doc pfff)

Elle me pose des questions sur notre parcours (ouf vive le blog j’ai pu aller revoir combien d’embryons on nous a déjà transférés)

Avant de procéder à l’écho et à la biopsie, elle me demande si j’ai bien pris 15 jours de progynova seul avant de prendre l’utrogestan… Et non, ben non puisque j’ai commencé le 2 et l’utro le 12 donc que 10 jours… Elle fait la moue, je le savais, ça n’ira pas! Vous auriez du voir ma tête, j’ai eu du mal à retenir mes larmes de frustration. Je lui dis que c’est très contrariant d’avoir téléphoné à leur service pour leur demander si ça passait, que l’infirmière m’ai certifié que c’était ok , d’avoir pris congé pour rien (alors que je n’ai presque plus de jour)…. J’atttendais ce test de réceptivité utérine depuis juin, entre congé de la gyné et le manque de créneau… et voilà encore un nouveau grain de sable dans notre parcours… Dieu que ça me frustre… J’aurai du écouter mon intuition qui me disait que l’infirmière m’avait répondu un peu rapidement…

Bon le positif c’est que j’ai plus d’infos sur la procédure et les coûts (pour l’examen c’est soit gratuit à l’hosto mais pas toutes les infos ou envoyé à Paris pour avoir les résultats complets mais + que 400€ non remboursé) .  J’ai été chercher mon cher et tendre dans la salle d’attente pour la suite des explications … La doc préfère toujours nous voir de toute façon avant, donc pour elle ça l’arrangeai que l’examen soit reporté… Elle nous a aussi prescrit des sérologies dont on va avoir besoin pour la suite et un test pré-IMSI pour les spermatos de mon homme, pour les observer avec un très gros microscope pour mieux les sélectionner. J’ai aussi un test de coagulation à passer (mais pas tout de suite parce que ça doit se faire 6 semaines sans traitements hormonaux).

Elle a été vraiment très douce et très gentille et si on va à Liège pour la suite on aura accès à des techniques de PMA auquel on a pas accès à Namur (et on pourrait faire le suivi écho et pds à Namur, c’est toujours ça de pris)

L’infirmière qui m’avait mal renseignée était toute désolée et s’est confondue en excuse quand je lui ai expliqué son erreur en espérant qu’elle renseigne mieux sur le sujet à l’avenir.

Suite des opérations, j’arrête les médocs et j’attends mon prochain cycle pour rappeler la pma de Liège et programmer un nouveau rendez-vous avec la nouvelle gyné.

10

La quête des aiguilles

Alors, moi qui fit du jeu de rôle grandeur nature, je ne suis jamais tombée sur une mission aussi ardue que d’acheter les bonnes aiguilles pour mes injections!!!

Pour Fiv 1, j’avais reçu un coffret avec tous le matos, aucun soucis!

Mais là, je dois me débrouiller pour me réapprovisionner pour la fiv2 avec l’aide des pharmaciens.

Je pensais naïvement qu’ils seraient super au courant des traitements de PMA et qu’ils auraient en stock toutes les sortes d’aiguilles… et bien non!

Il faut venir avec la référence exacte et commander 😉

Donc, après consultation de la notice, pour le menopur, il faut

  • des seringues de 2ml (en tout cas dans mon cas, vu que j’ai besoin de 2 flacons de solvants)
  • des grandes aiguilles (22G) pour mélanger le solvant et la poudre
  • des fines aiguilles (27G) pour l’injection dans le bidou
  • des lingettes de désinfectant
  • et  idéalement un petit bourrelet (mais ça, ça ne se commande pas chez le pharmacien)

 

4

Coïncidence ou vrai déblocage?

Ma soeur et moi on a le même père toxique et la même mère en asile psy, bon c’est vrai qu’on a pas tout à fait le même vécu à 100% mais quand même! Elle a 4 enfants (les deux derniers sont des faux jumeaux) et moi je n’ai jamais eu le moindre début de test positif en plus de 4 ans d’essais. Si elle ça ne l’a pas bloquée, alors pourquoi moi ça le ferait…

Donc, ça m’énerve quand on me parle de blocage psy…

Toutes ces histoires qu’on nous raconte sur une telle qui est tombée enceinte après avoir adopté, ou après être partie en vacances, ou après avoir renoncé…

Et si c’était bêtement des coïncidences, ben oui à force d’essayer, même avec des chances pas terribles, il y en a pour qui ça fini par marcher.

Quand ça ne marche pas, on trouvera bien une explication psy dans le passé ou le présent de Mme, de Mr ou des deux. Et si par miracle, ils ont enfin le bébé tant attendu, on leur trouvera un truc qui a débloqué les choses. Si ça se trouve c’est de la vaste blague, ça n’avait rien à voir.

Je pense plutôt que notre cerveau à horreur du vide, il veut une explication et il invente si on ne lui en donne pas.

Par contre, je pense aussi que la science à encore beaucoup de pain sur la planche pour comprendre pourquoi la nidation ne se fait pas ou mal.

Bon après, si il y a une possibilité pour que mon stupide cerveau bloque mon corps, j’espère bien le courtcircuiter à coup d’hypnose 😉

Et je vire aussi supertisieuse, j’ai pleins de grigri, le dernier en date c’est un pin’s ramené de disney: panpan avec un trèfle et good luck dedans 😉

pins-panpan-disneyland-resort-paris-1002420201_ML

 

8

Même dans le train

Ce matin, deux jeunes hommes et une jolie jeune femme se sont assis près de moi dans le train. Ils menaient une discussion animée sur le foot, puis sur leur travail respectif et puis le sujet « femme enceinte et bébé » est venu sur le tapis. Les deux messieurs vont être bientôt papa… Le plus jeune était en train de raconter comment ils avaient craqués pour un lit de bébé trop mignon…Impossible de faire abstraction, j’avais l’impression qu’on me torturait, la pression montait et pas moyen de la faire redescendre (va falloir encore de l’entraînement hypnotique à mon avis avant d’y arriver)

Et là je me suis dit : »merde, si ça continue comme ça pendant 20 minutes, je vais pleurer »

Alors j’ai préféré leur demander gentillement de reporter cette conversation à plus tard, que les sujets « grossesse-bébé » ça va bien un moment mais que là c’était trop. Je n’ai pas expliquer pourquoi. Mon coeur battait un peu la chamade d’avoir osé mais après ça m’a soulagé. Je me fous de savoir ce qu’ils en ont pensé mais ouf ils ont embrayés sur le cinéma…

Bon, on se protège comme on peut…

 

0

Les coups de poignard facebookiens

Parfois je hais Facebook parce qu’il m’envoie froidement et mécaniquement certaines bonnes nouvelles que j’aurais préféré continuer à ignorer,  ou qu’une annonce humaine aurait peut-être adoucie…  (ou pas,  certains humains ne connaissant pas l’empathie ou le tact)

Je crois qu’au pa20151112_211042lmarès je déteste le plus

  • Les photos d’un nouveau né parfait
  • Les annonces de naissance
  • Les annonces de grossesse (plus ou moins énigmatique)
  • La fête des mères
  • Tous les postes concernant des bébés

À chaque fois,  c’est une grande ou une petite claque émotionnel,  un criant rappel de mon ventre vide et de mon coeur trop plein, de la vie injuste et cruelle…

Pourtant difficile de se passer de Facebook,  beaucoup d’infos et d’organisation d’événements passent par là…

Alors je me bats avec mes armes,  je désactive les notifications des posteurs à  risque,  les jeunes parents en général mais ça ne suffit pas toujours… Il y a des coups qu’on ne peut pas voir venir!

Je devrais peut-être utiliser ce module sur chrome qui permet de remplacer les photos de bébé par d’autres images *grand sourire* http://unbaby.me/voteforthisshityo/

Ah oui et c’est sans parler de cette fonction de facebook qui déterre de vieux souvenirs sans me demander mon avis. On a parfois pas envie de repenser à certains événements. C’est comme si facebook ne nous laissait plus la liberté de gérer notre mémoire, grrrr.

Je ne sais pas vous, mais moi, en ce moment, j’évite de poster trop de choses, j’ai peur de heurter la sensibilité de mes contacts sans le savoir. Ma grand-mère nous disait toujours de ne pas nous vanter, de ne pas « faire mal au coeur » à nos petites camarades… Je crois que c’est du même acabi…

Bon sur ce, je file continuer mon invitation du nouvel an… sur facebook évidemment (et je vais encore râler sur les contacts qui choisiront « peut-être » mais c’est une autre histoire)