0

Sur orbite!

Allo Houston, le transfert c’est bien passé!

Reste à négocier la rentrée dans l’atmosphère, sans même encore oser rêver de l’amèrissage sur la planète maternité dans 10 lunes! En attendant, on croise les doigts à deux, avec notre entourage, avec vous aussi, pour que tout se déroule sans accros même s’il y a encore pleins d’obstacles. Le voyage est bien hasardeux et cette partie du chemin est pleines de mystères…

satellite

Publicités
3

Méthodes de recolte : le dilemme

Après cette série de piqûres,  il va bien falloir aller capter tout ces petits bouts de moi… Je passe vendredi à la casserole de la ponction !

Les premières fois font toujours plus peur, on ne sait pas à quelle sauce on va être mangée… Certains récits trouvés sur les blogs sont rassurants (la fille n’a rien senti et a pu repartir sans soucis), d’autres sont carrément flippants (l’intervention a été compliquée, on les a charcutées ou elles se sont tapées une infection carabinée)

Après un sondage auprès des pmettes de mon entourage,  les protocoles de ponction sont très différents d’un centre à l’autre !  Sous anesthésie générale (AG)  ou locale,  avec présence possible du compagnon ou pas…  Dans mon centre PMA,  les compagnons sont strictement exclus (j’ai compris pourquoi, certains tombent dans le pomme et ça fait un truc de plus à gérer pour l’équipe)

Par contre, j’ai bien lu leur brochure et j’ai le choix entre ponction sous AG ou sous hypnose…

J’ai longtemps hésité entre les deux. L’AG me semblait plus simple, je m’endors et je me réveille et voilà. Je ne gêne pas l’équipe qui officie pendant que je ronflotte…

Mais c’est sans compter sur plusieurs autres paramètres qui sont venues pencher dans la balance

  • L’indécrassable besoin de contrôle : je n’aime pas avoir des trous noirs dans ma vie (c’est pour ça que je n’ai jamais été saoule d’ailleurs)
  • La curiosité scientifique : de mes 6 ans à mes 18 ans, je voulais devenir médecin, j’ai toujours été attirée par ce milieu et je n’en ai pas peur. Quand ma chatounette s’est fait stérilisée, j’ai assisté à tout (en fait ça ne saigne pas les chats 😉
  • La réceptivité à la méthode : Je me mets super facilement en état de conscience modifiée, pour faire la sieste par exemple ou chez le dentiste. J’ai déjà eu recours à l’hypnothérapie, la sophrologie et aux audiocaments.  La 1ère fois que j’ai testé c’était en secondaire, au cours de gym et je crois qu’elle ne m’a pas bien fait revenir à la réalité car j’ai eu la sensation d’être couchée toute la journée, pas pratique pour être productive au cours de math!
  • L’avis d’un anesthésiste chevronné: Il m’a bien rassuré sur l’efficacité de la méthode.
  • La part de risque : pour moi une AG c’est plus risqué.

Alors j’ai élaboré mon petit projet pour que l’anesthésiste soit au courant de ce que me détends ou pas.

Je me vois bienarbre de vie dans une forêt en promenade avec mon homme main dans la main (comme ça au moins il sera dans mon imagination à défaut d’être physiquement là) avec la brise sur le visage, l’odeur d’humus, le chant des feuilles et le gazouillis d’un ruisseau… Et puis faire la sieste sur un lit de mousse et contempler les écureuils et les fourmis 😉

Et par contre, il ne faut pas qu’il m’emmène sur une plage ensoleillée!!! Les infrarouges du soleil me crispent (souvenirs douloureux de méga coups de soleil) et le sable ça gratte!!!

2

S’alléger

lacher_priseCe parcours est pesant, imprévisible et plein de doutes. Cette angoisse d’un futur sans enfant, de ne jamais être mère, n’est jamais bien loin… Pourtant la peur n’éloigne pas le danger…

On nous dis souvent de lâcher prise mais je suis comme engagée dans une sorte de marathon, difficile de ne pas y penser. Tout au mieux, je peux tenter que ça ne prenne pas tout mon espace mentale…

Alors j’essaye de prendre du recul grâce à différents moyens

  • l’acupuncture : qui me donne l’impression de prendre soin de moi et de mon corps. La frêle docteur blonde que j’ai déjà rencontrée 2 fois met surtout l’accent sur la synergie de son travail et des médicaments que je dois m’injecter (contrairement à d’autres charlatans qui vous disent que vous devez arrêter les piqûres!!! Si si il y en a et ils sont à fuir) Il parait que j’ai de belles énergies 😉  Bon c’est un peu ésotérique quand même mais ça ne peut sûrement pas me faire de mal 😉
  • la sophrologie: J’ai commencé la semaine dernière des séances de groupe à la maison médicale de ma commune (c’est moins cher qu’en tête à tête et c’est tout près de chez moi). C’est une pause bienvenue dans ma semaine. Elle a parlé de la vie et de l’énergie en nous et c’est exactement ce qu’il me faut.
  • la méditation: je passe beaucoup de temps dans le train et du coup je me suis dit que je pourrais profiter de ces moments pour m’apaiser. Je suis en train de tester l’application https://www.petitbambou.com/ Les 8 premières méditations sont gratuites. Donc j’ai mis mes écouteurs ce matin et je me suis laissée portée par cette voix douce, un régal… Surtout dans l’atmosphère paranoïaque de Bruxelles aujourd’hui. Tout ce que je voyais après ces 10 minutes de respiration, c’était le beau ciel bleu 😉
  • Les plantes, je prends parfois du sedinal ou un spray à base d’extrait de bourgeons et d’HE (mais il a un goût un peu dégeu à vrai dire)
  • Avoir des projets : Sortir avec des amies (même si c’est un cirque pour garder les piqûres au frais), programmer une escapade et organiser notre mariage (je sais on est fou) 😉
  • Ce blog est aussi une de mes armes 😉 M’exprimer par le texte et par la peinture m’aide à évacuer le trop plein
2

Cible vivante

On y est!!! Enfin, j’ai l’impression d’avancer!

Depuis samedi, j’ai commencé les piqûres pour bloquer le cycle naturel et hier l’infirmière est venue me montrer comment m’administrer le Menopur pour stimuler. Elle repasse ce soir pour voir si j’ai bien appris ma leçon.

Mon infirmière est adorable et à 20h elle était encore toute pimpante et pleine d’entrain, un ange gardien en plus sur mon chemin. (Et ça m’a obligé à faire un brin de ménage à la maison avant son arrivée 😉 )

cible

Je crois que j’ai beaucoup de chance, me transformer en cible vivante ne me stresse pas beaucoup. Je n’ai pas peur des piqûres, ni de me les faire, ni de les recevoir de quelqu’un d’autre. D’ailleurs l’aiguille est si fine qu’on ne la sent quasiment pas. Si on injecte le produit doucement, ça ne brûle pas. Reste une petite sensation bizarre mais c’est tout… (Finalement, mon pied cassé l’année dernière n’aura pas eu que des effets négatifs, je me suis entraînée pour les piqûres grâce à celles d’anti phlebite que je devais m’administrer chaque soir)

Par contre, voilà liste des trucs qui m’angoissent :

  • râter l’heure de mes piqûres (vive les rappels sur le gsm)
  • constater que mon gsm est déchargé. Du coup, il n’a pas sonné et par conséquent j’ai râté mes heures de piqûres
  • que le traitement n’agisse pas comme escompté (vu mes déboires avec le spray nasal de suprefact)
  • que le traitement agisse trop et que je me retrouve à l’hôpital avec une hyperstimulation. Mon ange gardien du centre PMA m’a dit de ne pas faire une fixette la-dessus, même avec mon dosage, le plus élevé, il y a rarement des soucis 😉 Si c’est mon ange gardien qui le dit 😉

J’y retourne vendredi matin, pour examiner tout ça!

En attendant, ce midi 2 ème séance d’acupuncture et demain soir 1er cours collectif de sophrologie. Je vous raconterais ça…

 

 

 

0

Les coups de poignard facebookiens

Parfois je hais Facebook parce qu’il m’envoie froidement et mécaniquement certaines bonnes nouvelles que j’aurais préféré continuer à ignorer,  ou qu’une annonce humaine aurait peut-être adoucie…  (ou pas,  certains humains ne connaissant pas l’empathie ou le tact)

Je crois qu’au pa20151112_211042lmarès je déteste le plus

  • Les photos d’un nouveau né parfait
  • Les annonces de naissance
  • Les annonces de grossesse (plus ou moins énigmatique)
  • La fête des mères
  • Tous les postes concernant des bébés

À chaque fois,  c’est une grande ou une petite claque émotionnel,  un criant rappel de mon ventre vide et de mon coeur trop plein, de la vie injuste et cruelle…

Pourtant difficile de se passer de Facebook,  beaucoup d’infos et d’organisation d’événements passent par là…

Alors je me bats avec mes armes,  je désactive les notifications des posteurs à  risque,  les jeunes parents en général mais ça ne suffit pas toujours… Il y a des coups qu’on ne peut pas voir venir!

Je devrais peut-être utiliser ce module sur chrome qui permet de remplacer les photos de bébé par d’autres images *grand sourire* http://unbaby.me/voteforthisshityo/

Ah oui et c’est sans parler de cette fonction de facebook qui déterre de vieux souvenirs sans me demander mon avis. On a parfois pas envie de repenser à certains événements. C’est comme si facebook ne nous laissait plus la liberté de gérer notre mémoire, grrrr.

Je ne sais pas vous, mais moi, en ce moment, j’évite de poster trop de choses, j’ai peur de heurter la sensibilité de mes contacts sans le savoir. Ma grand-mère nous disait toujours de ne pas nous vanter, de ne pas « faire mal au coeur » à nos petites camarades… Je crois que c’est du même acabi…

Bon sur ce, je file continuer mon invitation du nouvel an… sur facebook évidemment (et je vais encore râler sur les contacts qui choisiront « peut-être » mais c’est une autre histoire)

0

De l’espoir


Quand je pense que je suis au fond, que je n’arriverai jamais à réaliser ce rêve de maternité, que la vie et dame nature sont trop vaches, il arrive que je broie du noir… A chaque cycle infructueux, à chaque mauvaise nouvelle… Pourtant, l’espoir fini toujours par renaître… D’abord comme une poussière de lumière et puis elle ré envahit petit à petit mes pensées… L’étincelle de vie est (pour l’instant) la plus forte et chasse les ténèbres.main

Je me répète très souvent ce mantra en ce moment
« je ne peux pas faire plus que ce que je ne fais déjà, je suis quasi impuissante face au destin mais je peux changer mon regard sur ces épreuves pour les vivre le plus sereinement possible… »