6

Les poupées russes…

Je crois qu’on garde toujours en nous nos « moi du passé » et que nos « moi du futur » sont déjà quelque part 20160203_112132présents en nous…

J’avais déjà expérimenté avec succès la « grande Besoft » qui rassurait la « petite Besoft » paniquée de se voir une fois de plus abandonnée comme dans son enfance. Cette crise de panique et de larmes dont je me suis sortie toute seule m’a aidée à prendre confiance en moi, à me rendre compte que j’étais adulte et que j’avais des moyens d’action, que je n’étais plus la petite fille impuissante face aux erreurs des adultes…

Avant le transfert, quand je stressai sur la bonne décongélation de mes petits blastos, je me suis imaginée une « maman Besoft du futur », qui me souriait avec bienveillance… Comme pour me rassurer et me dire que j’allais franchir ce cap maintenant ou plus tard mais que j’y arriverai de toute façon… Et cette vision m’a apaisée et m’a permis d’être plus sereine…

Publicités