2

Le temps de la moisson

La veille de la ponction,  l’hosto me prévient que les anesthésistes formés à l’hypnose ne seront pas disponibles pour moi…  Pas de chance… Bon heureusement que j’ai un peu de temps pour me faire à l’idée..  J’appelle mon homme,  une amie proche et ma tante qui me rassure,  les petites AG ne sont pas si terribles que je me l’imagine.

Jeudi soir,  je me récure à l’isobétadine et je prépare tout ce dont j’ai besoin  pour le lendemain.
La nuit se passe bien,  pas de cauchemar,  je repasse par la douche à l’ isobétadine tandis que mon homme s’arme de son petit pot rouge pour rempli sa mission essentielle du jour !

Pas de petit déjeuner pour moi,  sniff je dois arriver absolument à jeun.

Direction l’hôpital,  on est parfaitement dans les temps…  On monte directement au centre PMA livrer le pot rouge, tenu au chaud jusque là…  L’infirmière vérifie la carte d’identité de mon cher et tendre et appose une étiquette avec mon nom en me demandant de bien vérifier que c’est bien moi.  On signe tous les deux.  C’est rassurant de voir toutes les précautions qui sont prises pour éviter tout intervertissement de nos patrimoines génétiques avec un autre couple.

Après un détour par le service facturation, on me dirige vers une chambre particulière et ‘infirmière de l’étage prend quelques renseignements et me donne la traditionnelle blouse. Elle prend mes constantes.  Je me change. C’est agréable de se glisser dans le lit au drap frais.  On attend sagement qu’on  vienne me chercher.  L équipe a apparemment un peu de retard.  J’ai toujours peur qu’on m’oublie mais le brancardier vient enfin me chercher.

La journée est magnifique et je passe par des couloirs baignés de soleil.  Le sympathique monsieur me parque dans le sas de la salle d’opération. La lumière est très blanche et tout à l’air hyper moderne,  je me crois dans un film de sciences fiction. Une infirmière avec charlotte, masque et blouse bordeaux me demande si je suis bien à jeun,  oui,  bonne réponse. Elle me questionne aussi sur le jour et l’heure de mon injection de pregnyl ,  le déclencheur : mercredi à minuit,  bonne réponse aussi.  Elle me fait passer dans un petit sas,  elle me donne une autre blouse,  une charlotte pour mes cheveux et des sur-chaussures.  Elle profite que je sois nue pour me coller 3 électrodes.  Je rentre enfin dans la salle d’op.  La lumière est tamisée et change de couleur.  La gentille infirmière m’installe sur la table en recouvrant mon intimité avec ma blouse. Mes jambes sont liées sur les reposes jambes mais ils sont confortables.  Je suis détendue,  en confiance et plus curieuse qu’anxieuse.  Après la pose de la perf dans le pli de mon coude, le capteur au doigt et le masque à oxygène,  l’infirmière appelle les autres acteurs du jour,  ma gynécologue (elle est contente,  elle trouve que le traitement a bien fonctionné) ,  une anesthésiste et une autre infirmière (une que j aime bien mais que je n ai pas reconnu tout de suite sous son déguisement) La petite fenêtre qui mène au laboratoire où officiera le biologiste est ouverte…  Ça va bientôt commencer. L anesthésiste m’explique qu’elle va m’injecter un produit qu’affectionnait Michael Jackson (euh c’est pas de ça qu’il est mort? ) ,  que je dormirai tant qu’elle m’en injectera mais que quand elle arrêtera je me réveillerai dans les 5 minutes.
J explique ce que j’avais imaginé pour mon hypnose et ma sieste avec mon amoureux sur la mousse et l équipe me fait rire en me disant que je suis bien sage… Je glisse dans l’inconscience sans m’en rendre compte…

[la ponction a lieu]

J’entends des voix et j’y réponds mais je ne rappelle pas grand chose…  Je suis dans le lit dans le sas mais je ne sais pas comment j’y suis arrivée,  on me dit que ça c’est bien passé et qu’on  viendra me donner le résultat de la ponction dans ma chambre.  Un autre brancardier me ramène.  Le tout à pris un  peu plus d’une heure.  J’ai mal comme des grosses règles mais c’est supportable. On attend deux bonnes heures l’infirmière de la PMA.  Elle nous annonce qu’ils ont récoltés 13 ovocytes ! Bonne nouvelle!

Elle me donne aussi les instructions pour la suite de la procédure. Le labo m’appellera dimanche et je saurais combien ont été fécondés.  Puis la réimplantation aura lieu lundi ou mercredi… Je dois aussi commencer l’utrogestan, 1 capsule trois fois par jour.Elle repart en me disant que je vais bientôt pouvoir y aller.

Après, j’attends que des étudiant infirmiers reprennent mes constantes et mon homme va voir si je peux manger, je suis affamée, normal à 14h30… On me sert une soupe au potiron, des tagliatelles épinard-saumon délicieuses et une danette. Je partage le tout avec mon homme, j’ai faim mais je reste prudente pour ne pas être malade…

Voilà, on peut rentrer, une semaine de repos commence…